La littérature près de chez vous

Ils ont lu… ils ont aimé : Touche-Moi, Si Tu Oses

Publié sur le site les-mots-de-gaiange.over-blog.com le par Rachel

Auteur : Pierre-Jean BRASSAC
Editions MARIVOLE
Nombre de pages : 205
en vente en librairie ou sur bouquine.org

Résumé :

Fin d’automne dans les Pyrénées ariègeoises … Dans le petit monde des chasseurs d’isard, c’est l’affolement : le meilleur d’entre eux vient d’être mortellement blessé par un tir d’arbalète au cours d’une chasse à l’approche, à deux mille mètres d’altitude. Lorsque deux autres chausseurs de la même société perdent la vie dans des circonstances similaires, les esprits s’échauffent.
Quelle est la signification du mystérieux rituel que semble observer le tueur ? Serait-il un nostalgique de Gaston Phébus et de son livre de la Chasse ? De qui et de quoi cherche-t-il à se venger?
De règlements de compte en méprise, l’enquête criminelle se fourvoie chaque jour davantage. Une peur panique s’empare de ceux que l’on désigne désormais comme des victimes potentielles. A Foix, le château est le théâtre nocturne d’événements ignominieux.
Le tueur fascine. Il triomphe et le fait savoir.
On décide alors de faire appel à Claudius Renoir, connaisseur de l’âme humaine et des enluminures médiévales. Sur fond d’intrigues locales, celui-ci se voit obligé d’inventer une méthode d’investigations « très originale » pour mettre fin à la menace qui rend folle toute la population.

Mon avis :

Je remercie avant tout les Editions Marivole pour m’avoir contacté afin de lire leurs romans.

Ce n’est jamais facile de faire une chronique négative sur un roman d’une petite maison d’éditions.  Touche-moi, si tu oses est un roman que j’ai pu choisir parmi la sélection assez variée de chez Marivole. C’est donc vers les polars que je me suis tournée.

Quand j’ai lu le résumé, je me suis dit que ce roman pouvait être une sacrée découverte, l’auteur me proposait sur 200 pages un cocktail explosif. Malheureusement, j’ai eu la sensation de mettre fait avoir sur la marchandise concernant le contenu du roman.

Pendant plus de la première moitié, l’auteur met en place ses personnages, dans lesquels il est facile de se perdre. Il nous mène vers un contenu politique campagnard, qui pourrait être assez intéressant si le milieu du polar avait été présent, mais non il tarde à venir et je me demande bien vers quoi je vais aller.
Il faut attendre la seconde partie pour que « les dits-meurtres » se déroulent. Et voilà qu’en 1 chapitre tout se déroule, aucun suspense car tout est dit dans le résumé sur la nature de ces morts non accidentelles.
On me promet une enquête, je ne l’ai vu a aucun moment, tout est survolé et nous revoici dans le monde politique. A aucun moment, je n’ai pu lire un polar, j’ai vraiment lu un roman d’une personne qui aime sa région, qui a des positions et qui voulait les mettre en avant.

Il y a un point positif dans ce roman, nous ressentons bien le professionnalisme de l’auteur qui est un journaliste.C’est peut être ceci qui a perdu un peu le roman, le côté journalisme qui prend le dessus sur le côté roman. C’est une autre manière de lire, une expérience très enrichissante, on ressens l’implication de l’auteur dans son ouvrage, on ressens les détails qui mettent l’accent sur le terroir. On voit de suite l’amour qu’il porte pour le pays Ariégeois, je  me suis promenée et retrouvée lors de mes anciennes vacances dans la région et j’ai pu y retrouver les villages que j’avais pu visiter.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
partagez !