La littérature près de chez vous

Rouget le braco

  • Collection : Terroir "Classiques"
  • Auteur : Ferdinand Hervé-Bazin
  • Format : 140 x 225 mm - 538 pages
  • 20,90 €

Présentation

13 février 1857, la salle d’audience de la Cour d’assises d’Angers est comble et les abords du Palais noirs de monde. C’est qu’on allait juger Rouget, le fameux braconnier de Daumeray et de Durtal, qui depuis deux ans et demi, dans le pays boisé du Baugeois et de La Flèche, tenait tête à la force publique !

Le 9 juillet 1854, Louis Rouget blesse deux gendarmes alors qu’il était interpellé en forêt. C’est le début d’une formidable aventure où le braconnier, réfugié au fin fond des bois, aidé de ses amis et des fermiers de la région, pour qui il est une sorte de héros. Il échappe à la traque dont il fait l’objet. Il sème la gendarmerie, la police et les trois compagnies d’infanterie de ligne envoyées à sa poursuite. Cette chasse à l’homme à cent contre un prend fin le jour où Rouget est trahi par une fiancée éconduite… Tour à tour roman policier et chronique des moeurs paysannes en Anjou sous Napoléon III, Rouget ou le braconnier d’Anjou tiendra le lecteur en haleine de la première à la dernière page.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
partagez !

Auteur

Grand père d’Hervé Bazin et beau-frère de René Bazin, Ferdinand-Jacques Hervé est né le 14 juin 1847 à Brain-sur-l’Authion, en Anjou. Suite à son mariage, il ajoute à son patronyme celui de son épouse Marie-Claire. Après avoir fait des études de droit à Paris, il devient avocat au barreau d’Angers. En 1882, il devient professeur d’économie politique à l’université catholique d’Angers.
Sous le nom de plume de « Charles Saint Martin », il publie plusieurs romans sous forme de feuilleton dans son propre journal Le Petit Angevin. Il est décédé à Angers en 1889.

Critique

Nos Suggestions