La littérature près de chez vous

Marianna

  • Collection : Terroir "Classiques"
  • Auteur : Jules Sandeau
  • Format : 140 x 225 mm - 360 pages
  • 18,00 €

Présentation

Sortie nationale : janvier 2018

Portrait de George Sand

Quelques années avant qu’il n’écrive ce livre, Jules Sandeau avait connu une femme, voilée d’un pseudonyme maintenant immortel. Elle était entrée dans la carrière des lettres, en tenant à la main un livre intitulé Indiana. C’était une formidable satire contre le mariage. Marianna, est un portrait de George Sand ! Ce roman fut écrit en 1839 quelques années après la rupture de Jules Sandeau avec George Sand. La romancière était déjà apparue dans d’autres oeuvres, de manière plus ou moins voilée, mais c’est Marianna qui offre le portrait le plus fin et le plus perspicace de George Sand. C’est également ce roman qui permet à Jules Sandeau d’ébaucher la théorie morale qui soustend son oeuvre et qui démontre que la passion est fatale et n’apporte que malheur et désespoir.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
partagez !

Auteur

L’histoire de Jules Sandeau est celle d’un jeune homme, né à Aubusson, d’origine modeste (père contrôleur des impôts) et qui sera malgré tout le premier romancier à être admis à l’Académie française. Il figure en tête de liste des nombreux amants de George Sand qui lui devra son nom et la possibilité d’entrer en littérature. Jules Sandeau est le point de départ de l’émancipation sociale et affective de George Sand. Il est également secrétaire et ami de Balzac (il participe à la correction des épreuves du Père Goriot) et noue une relation passionnée avec la comédienne Marie Dorval très en vue au XIXe siècle. Il demeure un auteur très apprécié par l’Empereur Napoléon III et sa pièce la plus célèbre, Mademoiselle de la Seiglière, est représentée à plusieurs reprises à la Cour Impériale.

Son oeuvre entretient des liens très forts avec l’Histoire. La noblesse, issue de l’émigration, figée dans des valeurs archaïques, arc boutée dans son refus de l’évolution du monde est source d’inspiration de même que la bourgeoisie pleine de convoitise à l’égard des titres et privilèges nobiliaires. Toute son oeuvre est empreinte d’une verve satirique et d’une lucidité parfois amère qui lui confère une place à part dans la littérature du XIXe siècle.

Critique

Nos Suggestions