La littérature près de chez vous

Le village

Le village

  • Collection : Terroir Classique
  • Auteur : Henri BACHELIN
  • 14 x 22.5 cm - 176 pages - noir&blanc
  • 15,20 €

Présentation

« Le village n’a point de rues. Des chemins aboutissent à la route qui le traverse, quand il n’est pas situé au beau milieu des champs ou sur la lisière d’un bois. On y use plus de sabots que de bottines. On y mange plus de légumes que de viande. On y boit plus d’eau que de vin. » Ce village, c’est les Vernes. Aux Vernes, point d’auberge, de boutique, d’école ou même de clocher ; seulement une poignée de maisons et de fermes jetées au milieu des champs, et où vivent quelques familles. Il y a les Vincent ; le père, un type bien qui accepte l’attirance de ses fils pour la grande ville ; sa seule ambition à Vincent, c’est d’économiser assez pour pouvoir acheter le pré de Bourgadier, une assurance pour ses vieux jours. Il y a aussi Colinot : il habite dans une cabane délabrée avec toute sa famille, qu’il nourrit par le braconnage et quelques larcins… Il y a Rond, un brave homme, qui est devenu alcoolique… Il y a encore les Blandin, puis les Galreux. Le roman nous fait découvrir l’intimité de ces familles et nous dévoile la vie paysanne des années 1890 et 1900. Le témoignage d’une époque, avant la grande guerre, quand nos campagnes voyaient se densifier le chemin de fer et arriver les toutes premières moissonneuses mécaniques…

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
partagez !

Auteur

Henri Bachelin est né le 27 mars 1879 à Lormes dans le quartier de la Grange-Billon, dans la maison de son grand-père. Il est décédé à Paris en 1941. Après des études au séminaire de Nevers, il passa 4 ans dans l’armée, puis fut employé de banque. À partir de 1911, il ne se consacra plus qu’à l’écriture et il publia une quarantaine de livres, essentiellement des romans et des nouvelles, mais aussi des ouvrages de critique littéraire et de musicologie. Ce sont souvent des oeuvres régionalistes où il dépeint le Morvan. Il a reçu le prix Femina en 1918 pour Le Serviteur.

Critique

Nos Suggestions